Au même titre que l’on fait plus attention à ce que l’on mange, il est devenu indispensable de veiller aux composants et à la qualité de nos cosmétiques. Nouvelle manière de consommer mieux, la slow cosmétique entame “une révolution douce” sous l’égide de Julien Kaibeck, cosméticien et aromatologue. L’idée : créer un maximum ses propres produits mais aussi favoriser les marques aux formules plus simples et plus saines.

Découvrez ou redécouvrez les bienfaits de l’eau de rose

En France, près de 54 marques portent, dans le cadre de l’association du même nom, le label “slow cosmétique”. Exit les produits à base de silicone, de paraben et autres perturbateurs endocriniens ! La nouvelle tendance beauté s’impose comme un véritable art de vivre en nous apprenant à mieux décrypter les étiquettes.

Bon pour la peau, bon pour la planète

Les grandes marques de luxe sont souvent montrées du doigt pour leurs pratiques peu écologiques et peu éthiques. En ligne de mire notamment : les tests sur les animaux. Résultat des actions menées par les associations de défense des animaux, plus ne personne ou presque aujourd’hui ne souhaite porter de produits qui ont nécessité de tuer un lapin ou même un chat.

Depuis 2013, l’Union européenne a formellement interdit le test des cosmétiques sur les animaux. Une prise de conscience collective qui a poussé certaines marques à changer de cap.

La slow cosmétique pousse donc à consommer mieux mais aussi à privilégier le local.

Direction le “fait maison”

Principale solution de la slow cosmétique : les soins de beauté à faire soi-même. Huile démaquillante, shampoing sec, crème de jour… chaque produit peut se faire maison. Il existe autant de recettes que de requêtes ! Et gare à ceux qui prétendent que le fait maison est moins efficaces. Bien au contraire ! Les actifs sont largement plus concentrés, notamment pour les produits concernant le vieillissement de la peau.

Barba italiana, le soin des barbes écologique 

La fabrication artisanale requiert toutefois un peu de temps et de l’huile de coude. Quant au coût, il est certes un peu élevé à l’achat de base pour se munir des ingrédients de meilleure qualité. Mais huiles essentielles, argiles ou encore beurre végétal, rien ne vaut les recettes de grands-mères !

 

Laisser un commentaire